Mardi, 23 Fevrier 2010

Envoyer

AGISSEZ MONSIEUR LE PRESIDENT !

En route pour Haïti, le Président de la République doit prendre ses responsabilités pour pallier les manquements du MAE.

SOS Haïti Enfants Adoptés demande au Président de la République, Nicolas Sarkozy, en partance pour Haïti, de se prononcer en faveur de la seule solution sensée possible : le rapatriement de tous les enfants apparentés à des familles françaises.

La situation est critique, l’intérêt supérieur de l’enfant impose une mesure d’exception. Nos enfants survivent dans des conditions périlleuses, soumis à des risques sanitaires croissants et à une météo aggravante.

Aujourd’hui, la France ne tient même plus ses engagements les plus élémentaires : 120 enfants qui bénéficient tous du jugement en bonne et due forme exigé par les autorités et dont les dossiers ont été remis à l’Ambassade de France attendent depuis 15 jours leur rapatriement. Aucun vol pour rapatrier les enfants adoptés par des ressortissants français n’a eu lieu depuis jeudi dernier. Aucun vol n’a été annoncé aux familles adoptantes dans les prochains jours.

Nous dénonçons, preuves à l’appui, les mensonges du Quai d’Orsay sur ses prétendues visites systématiques des crèches, sa commission franco-haïtienne fantôme, ses chiffres erronés, son inertie bureaucratique, …

Nous avons vécu dans notre chair l’attitude particulièrement arrogante du Ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, chantre des Droits de l’Homme et fossoyeur des Droits de l’Enfant qui, sous couvert de prudence, jette le doute sur l’identité pourtant établie de nos enfants.

Nous attendons du Président de la République, au nom des 900 familles françaises adoptantes en Haïti, de leurs soutiens et de la cinquantaine de parlementaires députés et Sénateurs de tous bords politiques qui ont épousé notre cause, d’intervenir pour qu’enfin, plus d’un mois après le séisme :

  • Secours et ravitaillement soient réellement apportés à nos enfants,
  • Des moyens soient dévolus à l’examen de nos preuves d’apparentement
  • Un accord pour le rapatriement de tous les enfants qui étaient en cours d’adoption avant le séisme soit établi avec l’Etat haïtien.