Mardi, 23 Fevrier 2010

Envoyer

Le point de vue du Collectif sur les départs de parents en Haïti

Des parents ont annoncé leur intention de se rendre en Haïti.
La confusion du gouvernement encourage ce genre d’initiatives que nous ne pouvons ni cautionner, ni empêcher, mais qui, pour autant, ne nous paraissent pas souhaitables dans l'état actuel des choses.
SOS Haiti Enfants Adoptés tient cependant ainsi à prévenir ces parents contre les risques de dérives possibles.
L’humanitaire reste une affaire de professionnels qui ont déjà du mal à coordonner leur action sur le terrain. Il ne faut pas sous la colère et face au vide, envisager des actions qui pourraient être préjudiciables aux Haïtiens en général et aux directrices de crèches en particulier, ainsi qu'à la bataille menée pour le retour de nos enfants.

Afin de poursuivre le tour des crèches réalisé jusque-là au téléphone, SOS Haïti Enfants Adoptés envoie sur place la semaine prochaine un journaliste professionnel (carte de presse) qui a décidé d’œuvrer bénévolement pour le Collectif.
Par ailleurs, des membres du Collectif dont Emmanuelle Guerry et Grégoire Villedey ont été sollicités par des journalistes pour se rendre avec eux en Haïti début mars pour témoigner de la situation.

Pour ce qui est de l’action des jours à venir SOS va :

  • Dénoncer le manque de crédibilité et les incohérences de autorités françaises (pas de rapatriement depuis le 11 février, pas de commission franco-haitienne, décisions prises sur la base de ressentis ou d'opinion, pas de communication aux parents adoptifs...). Pousser vers la seule décision sensée possible : le rapatriement de tous les enfants en cours d'adoption avant le seisme.
  • Maintenir le lien avec Haïti. Passer des enregistrements audio aux reportages vidéos sur l’état des crèches.
  • Mettre en place les recours juridiques. Rencontrer les avocats ciblés par certains membres et revoir les avocats qui conseillent discrètement depuis le début. Bernard Kouchner a annoncé devant l’Assemblée Nationale le rapatriement de tous les enfants avec jugement. Un recours est peut-être d’ores et déjà possible.

Attention à deux point précis :

  • Le porte parole du Collectif doit toujours être un parent, jamais un avocat.
  • SOS Haïti Enfants Adoptés ne récolte pas de fonds et l’humanitaire en Haïti est l’affaire de la France et des ONG. Mais des initiatives individuelles ou associatives ont permis et permettront encore à nos enfants de survivre en Haïti. Le site http://www.soshaitienfantsadoptes.org/ rendra compte des actions pertinentes.


SOS Haïti Enfants Adoptés

Emmanuelle Guerry, Grégoire Villedey, Stéphane Gignat, Patricia Durand, Frédéric & Michèle Abergel, Sophie Noël, Eric Ruel, Valérie Damilleville, Amélie et Pascal Valentini, Cathy Soulié, Valérie Hulot, Claire Hatem.