Mardi, 23 Fevrier 2010

Envoyer Imprimer

Revirement du MAE, « le rapatriement des enfants adoptés est suspendu »

SOS Haïti Enfants Adoptés dénonce la confusion qui règne au Ministère des Affaires Etrangères et appelle le Président de la République à prendre ses responsabilités. 
Rompant avec ses propres engagements, le MAE a décidé de suspendre l’évacuation de tous les enfants adoptés en Haïti avant le séisme. Même les enfants bénéficiant des jugements, en bonne et due forme, exigés de manière inappropriée par la France, ne seront plus rapatriés jusqu’à nouvel ordre.  
Les « déséquilibres » psychiques observés par les COCA (Consultations Orientations Conseil en Adoption) chez les enfants évacués et le manque de « personnel d’accueil parlant créole » justifient pour le Cabinet de M. Bernard Kouchner, ce revirement. 
116 enfants dont les dossiers respectent pourtant tous les critères imposés attendaient depuis plus de deux semaines leur évacuation. 
639 enfants parfaitement identifiés et apparentés à des familles françaises font actuellement les frais de la politique indigente menée par le Quai d’Orsay depuis le 12 janvier. 
Les effets d’annonces, les mensonges et la volonté de jeter le doute sur l’identité de nos enfants ne peuvent plus masquer l’absence de vision et l’arrogance avec lesquelles M. Bernard Kouchner a géré le drame des parents adoptants en Haïti. Cinq semaines après : 
- La commission franco-haïtienne annoncée par le MAE et censée examiner les dossiers des familles est restée sans suite. 
- Les crèches ou ce qu’il en reste ne sont ni visitées systématiquement, ni ravitaillées dans leur grande majorité. 
- Aucun accord permettant l’évacuation de nos enfants n’a été conclu avec l’Etat Haïtien. 
Nous attendions de notre pays des mesures exceptionnelles à la hauteur de la catastrophe. Les parents adoptants ne pardonneront pas à la France une absence de politique qui pourrait s’avérer criminelle. 
SOS Haïti Enfants Adoptés demande au chef de l’Etat de prendre les seules mesures appropriées à la situation : le rapatriement de tous les enfants adoptés avant le séisme. Le cas échéant, nous parents responsables engagerons tous les recours et poursuites possibles.