Mardi, 23 Fevrier 2010

Envoyer Imprimer

Madame / Monsieur NOM + TITRE

Adresse….

Objet : demande de prise de position

Madame / Monsieur + TITRE OU FONCTION (maire, député,…)

SOS Haïti Enfants Adoptés est un collectif de parents français dont les enfants étaient tous en cours d’adoption avant le séisme du 12 janvier. Notre mouvement, constitué spontanément au lendemain de la catastrophe, agit de manière légale et transparente, dans le but d’obtenir de l’Etat français :

Le traitement en urgence de nos dossiers pour que l’évacuation de tous les enfants en cours d’adoption (agrément+ apparentement) puisse avoir lieu. L’examen des dossiers est obligatoire mais les moyens mis en place sont dérisoires.

Un accord entre l’Etat haïtien et l’Etat français permettant d’évacuer tous les enfants en cours d’adoption vers leurs familles dans un esprit respectueux des deux pays.

Reçus par l’Ambassadeur en charge de l’adoption internationale, M. Jean-Paul Monchau, samedi 23 janvier, suite aux manifestations qui ont eu lieu partout en France, nous avons trouvé ses réponses inadaptées, insatisfaisantes et sous-dimensionnées. Nous vous laissons le soin d’apprécier des extraits de nos échanges communiqués à l’AFP et non démentis par le Quai d’Orsay :

  • 1. Quel est le nombre exact d’enfants en cours d’adoption en Haïti ?
    JPM : 914 procédures d’adoption sont répertoriées par le SAI, Service de l’Adoption Internationale. A cela, le SAI estime que 10 % de parents en plus pourraient ne pas avoir signalé le démarrage de leur procédure d’adoption à ses services.
  • 2. Combien de personnes s’occupent spécifiquement du traitement de nos dossiers à Paris et en Haïti ?
    JPM : A Paris, 23 personnes s’occupent du traitement des dossiers d’adoption en cours, auxquelles s’ajoutent 9 autres en Haïti.
  • 3. A quelle échéance nos dossiers seront-ils tous traités ?JPM : Nous ne pouvons pas donner d’échéance précise.
  • 4. Toutes les crèches ont-elles été visitées, secourues et sécurisées ?
    JPM : Les crèches n’ont pas toutes été visitées. Des crèches ont été secourues sur signalement. La sécurisation des crèches n’est pas le rôle de l’Etat français.
  • 5. Que répondez-vous aux responsables des crèches haïtiennes qui demandent l'évacuation d'urgence des enfants en cours d’adoption ?
    JPM : Je suis inquiet, c’est une pression pour l’Etat français.

Les 914 dossiers pourraient correspondre à 1 200 enfants, combien ont été évacués ? Nous dénonçons au nom de nos enfants en danger,

  • le sentiment d’abandon, dû notamment à un déficit d’information,
  • la lenteur due à un manque de ressources et de moyens. M. Bernard Kouchner a déclaré sur Europe 1 le 22 janvier « que sept fonctionnaires étaient dévolus à cette question à Paris et six en Haïti ».
  • la discrimination faite entre les enfants selon les étapes administratives qu’auraient franchi leurs dossiers,
  • l’absence de décision politique claire qui laisse place au flou, au désarroi et aux initiatives les plus hasardeuses.

Rappelons que le Président de la République, toujours prompt à prendre position, est resté sourd au désespoir des familles adoptantes. Nous sommes pour une action légale et transparente mais, beaucoup d’entre nous, ne pardonneront pas à l’Etat français et à ses représentants ce silence assassin.

Nous avons besoin de votre soutien, Madame/Monsieur + NOM, ou du moins de connaître votre position quant à notre mouvement et vous invitons à la rendre publique.

Nous sollicitons un entretien auprès de vous dès que possible.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Madame / Monsieur, l’expression de notre plus haute considération.

Lieu, date,

Signature





www.soshaitienfantsadoptes.org

01 46 45 66 76 ou 01 46 45 66 78